Patricia Kaas

Artists

Patricia Kaas

Depuis 1987 Patricia Kaas connaît le succès dans les principaux pays francophones, germanophones, ainsi qu’en Russie, où elle se produit régulièrement sur scène. Ses albums sont commercialisés dans une quarantaine de pays, avec des ventes estimées à environ 17 millions d’albums à travers le monde.
Avec l’aide de ses parents, Patricia Kaas commence à donner des concerts dès l’âge de 8 ans. Après avoir été engagée en 1979 — elle a alors 13 ans — dans un cabaret de Sarrebruck où, pendant sept ans, elle chante tous les samedis soirs, elle est finalement remarquée en 1985 par François Bernheim. En rentrant à Paris, il coproduit le premier disque de Patricia avec Gérard Depardieu. « Jalouse » sera un échec.
Cependant, deux ans après François Bernheim présente Patricia Kaas à Didier Barbelivien qui lui offre « Mademoiselle chante le blues ». Ce titre paraît en avril 1987 et est récompensé par le prix Charles Cros. En décembre, elle monte pour la première fois sur la scène de l’Olympia, assurant la première partie de Julie Pietri. En novembre 1988 parait le premier album de Patricia Kaas « Mademoiselle chante… », qui rencontre un grand succès en France et en Allemagne, grâce à des tubes comme « D’Allemagne », « Mon mec à moi », « Elle voulait jouer cabaret » ou encore « Quand Jimmy dit » écrites par Bernheim/Barbelivien et qui lui valent le titre de Révélation de l’année aux Victoires de la musique.
Ses deux albums suivants « Scène de vie » et « Je te dis vous » connaissent également un très grand succès (« Je te dis vous » atteignant même les 2,5 millions de copies dans le monde), portés par des titres comme « Les Hommes qui passent », « Entrer dans la lumière » écrites par Bernheim/Barbelivien et « Il me dit que je suis belle » écrit par Jean-Jacques Goldman. Ses tournées la mènent aux quatre coins du globe.
A partir de 1997 elle tente de moderniser son image. Entourée de compositeurs à succès (Jean-Jacques Goldman pour « Dans ma chair », ou encore Pascal Obispo pour l’album suivant « Le Mot de passe », sa popularité reste toujours aussi forte et ses concerts font toujours salle comble. En France « Dans ma chair » sera certifié disque double platine et « Le Mot de passe » disque de platine.
Les 25 et 27 juin 1999, elle est invitée par Michael Jackson à Séoul et à Munich, dans le cadre de deux grands concerts humanitaires, Michael Jackson & Friends.
Les années 2000 seront plus difficiles avec les ventes moins importantes des albums « Piano Bar » (un album d’adaptations en anglais de chansons françaises) et « Sexe fort ». Toutefois, les tournées internationales ayant suivi ces albums connurent, comme les précédentes, un très large succès : le Piano-Bar Tour s’est joué notamment aux États-Unis, réunissant 6000 personnes au Beacon Theater de New-York.
2009 marque le retour de Patricia Kaas sur le devant de la scène avec un nouvel album « Kabaret » en hommage aux années 1930. Une nouvelle tournée internationale a eu lieu, entre novembre 2008 et février 2010, en France et dans une vingtaine de pays.
Le 16 mai 2009 elle représente la France au 54ème Concours Eurovision de la chanson à Moscou, avec la chanson « Et s’il fallait le faire ». Malgré une prestation saluée et remarquée, elle termine 8ème sur 25 (la meilleure place de la France depuis 2002). Patricia a toutefois été récompensée du Prix Marcel-Bezençon de la meilleure performance artistique 2009.
Au printemps 2011, Patricia Kaas publie sa première autobiographie « L’ombre de ma voix ». Son retour musical s’est effectué le 5 novembre 2012 via un album-hommage à Édith Piaf « Kaas chante Piaf » à l’occasion du 50ème anniversaire de décès de la chanteuse. Cet album a été réalisé par Abel Korzeniowski avec le Royal Philharmonic Orchestra. Une tournée se déroule dans une quarantaine de pays passant, entre autres, par le Royal Albert Hall de Londres, le Carnegie Hall de New York et l’Olympia à Paris.


En musique…